Livre (Nord-Pas-de-Calais) : Renelde, fille des Flandres de Annie Degroote

Publié le par livres-en-regions.over-blog.com



Merci à Schlabaya pour cette contribution, que vous pouvez retrouver sur son blog


9782258079878.jpgRenelde, fille des Flandres
de Annie Degroote

réedition retravaillée de la Kermesse du diable et Coeur en Flandre
Eds Presses de la cité
Collection Terres de France
Mars2009

Ayant lu les romans de cette auteure dans un ordre anarchique, j'ai fini ma lecture par "Renelde, fille des Flandres", réédition récente et retravaillée de "La Kermesse du diable" et du "Coeur en Flandre", les deux premiers dans l'ordre de parution, mais également du point de vue historique.

"La Kermesse du Diable" : Nous sommes à Lille, dans la seconde moitié du XVIIème siècle. Renelde Van Eyck est la fille d'un brasseur aisé. A peine sortie du couvent où elle a été sévèrement éduquée, elle est mariée contre son gré à un barbon mal embouché qui se fait passer pour noble. Suivent plusieurs années d'un mariage malheureux dont la mort de son époux, à la faveur d'une épidémie de peste, la délivre. La liberté enfin acquise lui permet de s'opposer à sa famille et à son confesseur qui, pour des raisons différentes, voudraient la voir entrer au couvent. Sensible à la souffrance des enfants des rues, elle ouvre une "Chambre de dentelles", et prend en apprentissage plusieurs orphelines dont elle assure la formation et l'avenir. Dans la maison voisine de la sienne, vit un certain M. Grégoire. C'est un homme peu avenant, solitaire et austère, sur lequel pèse un soupçon d'hérésie. Dans le silence de sa demeure, il semble se livrer à d'étranges recherches... Entre ce personnage rigoriste et volontiers misogyne et l'indomptable Renelde, une relation électrique, faite d'attirance et de défiance mutuelles, s'instaure...

"Le Coeur en Flandre" : Quelques années ont passé. Renelde et son époux, fuyant les persécutions qui ont suivi la révocation de l'édit de Nantes, ont quitté la France pour s'installer en Hollande, emmenant avec eux Marguerite, la plus jeune des apprenties. Un petit garçon leur est né. Leur pays d'adoption, bien qu'il n'autorise pas le culte catholique, le tolère dans les faits. Les van Noort coulent donc des jours paisibles ; pourtant, le pays natal leur manque. Lorsque Renelde apprend que l'une de ses anciennes apprenties, Marie-Jeanne, est en danger, elle décide de voler à son secours, accompagnée de Marguerite..Toutes deux voyageront secrètement d'Amsterdam à Lille, puis à Paris, et, retournant sur leurs pas, reviendront dans le Valois du côté de Senlis, à la recherche de l'infortunée Marie-Jeanne, victime d'un noble cruel et dépravé. Un certain Adriaan, un orphelin pauvre et boiteux, secrètement amoureux de la jeune fille, les suit à leur insu pour les protéger du danger qui les menace.

Je me suis passionnée pour cette histoire, vivante et très documentée, qui nous fait voyager dans la France, le plat pays flamand et la Hollande à l'époque des guerres de religions. On y rencontre des personnages attachants et complexes, décrits sans manichéisme : je pense en particulier à M. Grégoire et au jésuite Philippe Van Elst, aux personnalités tourmentées, mais capables de se vaincre et de surmonter leurs dilemmes. On y croise également  des personnages historiques, un jeune chanteur italien prodige et une troupe de comédiens fort sympathiques. Un bon moment de lecture, avec une écriture toujours très agréable.

Treouvez d'autres billets sur le blog de Schlabaya

Publié dans Nord-Pas-de-Calais

Commenter cet article