Livre (Nord-Pas-de-Calais): Les jardins du vent de Annie Degroote

Publié le par lagrandestef

Merci à Schlabaya pour cette contribution

jardins-vent-degrrote.JPGLes jardins du vent
de Annie Degroote

Presses de la Cité- Collection Terres de France(avril 2010)
324 pages

Résumé (éditeur)

Qu'est-ce qui fait qu'une personne, un jour, renonce à être elle-même ?
Parce qu'il s'estime responsable de la tragique disparition de son fils, Sam, âgé de trois ans, David sombre, comme si sa vraie vie s'était arrêtée à ce même instant. Il faudra un accident grave, le patient amour de Pauline, l'amitié attentive de quelques fidèles et la magie débridée du carnaval de Dunkerque pour qu'il se reconstruise. Et prenne un nouveau départ.
Sublime célébration du Nord, de Lille à Dunkerque et de Berck au Touquet, Les Jardins du vent est un roman magnifique sur la fragilité de la vie, les parts d'ombre et de lumière de chacun.


L'avis de Schlabaya:

 David Ashton, biographe, est un homme accablé, désespéré par la disparition inexpliquée de son fils, Sam, âgé de trois ans. Que s'est-il passé, ce fameux soir, à Bray-Dunes, après que le petit garçon a échappé à la surveillance de son père ? Est-il retourné sur la plage pour se noyer en mer, ou bien a-t-il été kidnappé ? Les jours et les années passent sans apporter de réponse... Tandis que sa femme l'a quitté, et que ses amis "carnavaleux" tentent en vain de lui redonner le goût de la vie, David, inconsolable, refuse de faire son deuil et, sur la terrasse de sa belle maison, face à la mer, imagine mille scénarios possibles...
Pauline, médecin rhumatologue d'origine lilloise, mère célibataire d'une adolescente de quinze ans, se voit proposer un contrat d'une année dans le prestigieux hôpital Saint-Antoine à Paris. Elle déménage donc, et s'installe avec sa fille Marie-Lilas (l'auteure a le chic pour trouver de ces prénoms...) à proximité du Père-Lachaise. Toutes deux se prennent de passion pour ce lieu mythique, chargé d'Histoire, et que hantent toutes sortes de personnages, des plus inoffensifs aux plus interlopes...
Lors de la fête annuelle des cerfs-volants, sur la plage de Berck, Romain Meusla, photographe, sauve de la noyade un  enfant dont il vient de prendre quelques clichés. Le père du petit garçon, au lieu de le remercier, réagit brutalement, exige la destruction des photos, et quitte  aussitôt les lieux avec son fils. Romain, intrigué par ce curieux comportement, décide de mener sa petite enquête. Divers indices l'amènent à soupçonner un enlèvement. Ses investigations le conduisent jusqu'à Paris, dans le quartier du Père-Lachaise...
Rachel fait partie de ces vieilles dames excentriques, qui; chaque jour, déambulent dans les allées du vieux cimetière, se recueillent sur les tombes d'illustres défunts, et nourrissent les chats errants. C'est lors de l'une de ses promenades matutinales que Rachel fera une curieuse découverte...
Tous ces personnages, et d'autres encore, vont se croiser au fil des pages, et nous acheminer vers LE dénouement - mieux vaut ne pas trop en dire là-dessus...

Je sors de cette lecture avec la tête à l'envers, et l'impression d'avoir été baladée - dans tous les sens du terme. De Berck  à Lille et au Touquet, du carnaval de Dunkerque au Père-Lachaise, de jardins et de plages battus par le vent en couloirs d'hôpitaux ; mais aussi au coeur d'une intrigue diaboliquement menée, construite en trompe-l'oeil. A diverses reprises, j'ai cru déceler des invraisemblances et des coïncidences un peu capillotractées... Et je me suis fait mener par le bout du nez !
Si j'ai beaucoup aimé ce roman plein de tendresse et d'espoir,  et dont le sujet me touche particulièrement, j'ai d'abord été désarçonnée par le changement d'écriture,. Le style, très travaillé dans les romans historiques, est ici remis au goût du jour, plus laconique, toujours agréable cependant, et avec des passages plus lyriques que j'ai savourés. Ce qui m'a davantage chagrinée, c'est l'absence de la "playlist" qu'on retrouve souvent à la fin de ses ouvrages, et qui correspond aux musiques écoutées par la romancière. Et ça ne facilite pas la tâche de la blogueuse que je suis, obligée de se creuser  la cervelle pour trouver un accompagnement musical qui tienne la route !  

 

Pour en savoir plus sur cette romancière, vous pouvez vous rendre sur son site, ou bien lire son portrait sur le site des Chti' Médias.


Et retrouvez cet article et plein d'autres sur le blog de Schlabaya 

 

 

 

Mon avis (lagrandestef)

 

Nous sommes en 2004 dans le Nord de la France à Bray les Dunes, station balnéaire de la Côte d'Opale, dans la région de Dunkerque. David Biot Aston est écrivain biographe, et papa d'un petit Sam de 3 ans. Un jour  d'orage, alors qu'il se promène avec son fils en bord de mer, le petit Sam disparaît....

Trois ans plus tard, David est toujours anéanti sous le poids de la culpabilité. Il n'écrit plus, sa femme est partie, il s'est isolé dans sa grande maison des "jardins du vent" et  même ses deux  amis de carnaval "l'Arsouille" , qui lui rend des visites régulièrement, et Fanfan, dit la "Tulipe" qui est également son documentaliste sur Paris, n'arrivent que difficilement à le sortir de sa torpeur.

A Lille, Pauline est une belle femme médecin et mère d'une jeune Marie-Lilas , dite Lilou, de 15 ans. Pas de père : celui-ci,égoïste et lâche, a quitté Pauline dès qu'il a su qu'elle était enceinte. Depuis elle élève seule sa fille, épaulée par Rémi, son meilleur ami, qui est homosexuel, et Mathilde, sa copine de toujours.

Romain Meusla est photographe .C'est un bel homme athlète et sportif. Un jour qu'il est à Berck pour un rassemblement de cerfs volants, et qu'il prend des photos des enfants et des familles, il voit  un petit garçon de 6ans s'avancer dangereusement dans les flots et le sauve de la noyade. Plutôt que de le remercier, le père de l'enfant a un comportement étrange qui éveille la curiosité de Romain.

A Paris, Rachel est une vieille dame de 90 ans. Ancienne artiste, elle se rend tous les jours sur la tombe de Sarah Bernhardt au Cimetière du Père Lachaise et apporte à manger aux nombreux chats de ce lieu.

 

Comment les destins de ces personnages vont se trouver liés, c'est ce que nous raconte Annie Degroote dans ce roman aux accents de thriller. Une fois les personnages posés, le rythme est intense et j'ai lu les 260 dernières pages d'une seule traite..impossible à lâcher tant cette histoire est riche et dense.

Le style employé par Annie Degroote est dynamique, moderne. L'intrigue est passionnante, et le scénario particulièrement bien ficelé (les rebondissements , la façon dont Annie Degroote son histoire et nous leurre m'ont fait penser à Robe de Marié, de Pierre Lemaitre).
Les personnages ont de la profondeur et sont particulièrement bien décrits ,physiquement et psychologiquement.

De la même manière, les lieux sont dépeints de façon très imagée. Que ce soient les plages du nord de la France, avec leurs jeux de vents , et les cerfs volants; et bien sûr les baraques à frites;  A Paris le cimetière du Père Lachaise où reposent de nombreux personnages célèbres et qui est un lieu de rassemblement nocturne pour les gothiques et les sectes de la Capitale. Et surtout le carnaval de Dunkerque que j'ai découvert et j'ai eu vraiment l'impression d'être au milieu de toute cette foule déguisée, faisant la fête. je me représentais les couleurs, j'imaginais les musiques.

Donc un gros gros coup de coeur pour moi , et merci à  Schlabaya qui m'a conseillée cette lecture

Et des remerciements aux Editions Presses de la Cité, collection Terres de france , pour l'envoi de ce livre

Note 18/20

Publié dans Nord-Pas-de-Calais

Commenter cet article

Schlabaya 15/05/2010 13:31



@ Matilda  laisse-toi tenter !!! il est très très bon.



Matilda 10/05/2010 12:03



Cela fait longtemps que je n'ai pas lu de livres pour ce challenge, mais j'ai un tout nouveau qui m'attend et tu auras bientôt un nouvel article à poster de ma part ^^


Soit disant passant ce livre-ci me tente bien.